Nouvelles recettes

Une ferme qui fournit la Turquie de Thanksgiving à la Maison Blanche nie les allégations de maltraitance envers les animaux

Une ferme qui fournit la Turquie de Thanksgiving à la Maison Blanche nie les allégations de maltraitance envers les animaux

Un groupe de militants des droits des animaux affirme que la dinde de Thanksgiving traditionnellement fournie à la Maison Blanche chaque année a été élevée dans des conditions inhumaines et « écoeurantes ».

Dans une vidéo alarmante publié par le groupe d'activistes Direct Action Everywhere, simplement intitulé "Her Face Is Half Gone", des bénévoles des droits des animaux semblent sauver des dindes blessées et affamées des fermes Jaindl approuvées par la Humane Society à Orefield, en Pennsylvanie, près d'Allentown - la même ferme familiale qui a fourni à la Maison Blanche sa dinde graciée pendant des décennies. Jaindl Farms fournit également des dindes en gros à Aliments entiers, mais un porte-parole de la chaîne d'épicerie a déclaré : « Nous avons immédiatement contacté Jaindl Farms qui a confirmé que nous ne nous approvisionnions pas en dindes de la ferme dans cette vidéo. "

La famille propriétaire de Jaindl Farms nie ces allégations et s'est battue contre ce qu'elle appelle « une grossière distorsion des faits » présentée sous la forme de vidéos mises en scène avec un agenda inavoué. David Jaindl a publié sa propre vidéo des dindes élevées en plein air sur sa propriété montrées dans des granges en plein air et pointe vers plusieurs inspecteurs tiers qui ont vérifié la ferme pour tout acte répréhensible ou mauvaises conditions.

"Nous sommes fiers du bien-être des animaux au sein de notre exploitation et sommes fiers de notre traitement humain des animaux", a déclaré Jaindl au Daily Meal lors d'un entretien téléphonique. « Ces images et vidéos sont trompeuses. Ces personnes sont entrées par effraction au milieu de la nuit avec des lampes de poche sur la tête. Les dindes sont naturellement attirées par la lumière et se rassemblent autour d'elles. Alors maintenant, il semble que la grange soit beaucoup plus encombrée qu'elle ne l'est en réalité.

Il a également expliqué que les dindes « malades » présentées dans la vidéo se trouvaient dans une étable d'hôpital parce qu'elles avaient été blessées et devaient être séparées des autres dindes. Dans une vidéo d'accompagnement tournée par sa fille, Jaindl a montré à quel point il était facile de rassembler les dindes autour d'une source de lumière "parce qu'elles sont curieuses". La vidéo passe ensuite à un plan du reste de la grange, qui est entièrement vide.

Direct Action Everywhere a répondu à la réaction de colère contre leur vidéo en défendant leurs actions :

"En ce qui concerne l'étable de récupération supposée : les enquêteurs ont visité presque toutes les étables de Jaindl, donc si les vidéos montrent des" dindes contestées ", alors toute la ferme est remplie de dindes" contestées " - c'est-à-dire malades et traumatisées ", a déclaré le représentant Zach Groff. . « Une visite de Jaindl ou de toute autre ferme évitera sélectivement de montrer la réalité de la ferme. Les enquêteurs ont donc utilisé les seuls moyens à leur disposition pour exposer ce qui se passait… il y a peu de supervision même des fermes supposées « en plein air ». "

Direct Action Everywhere, qui se présente comme un groupe militant pour la « libération totale des animaux », n'est pas la première organisation à publier des vidéos enregistrées secrètement de prétendues maltraitances animales dans des élevages. L'organisation militante Mercy for Animals a publié plusieurs vidéos l'année dernière de conditions inhumaines dans des élevages de poulets qui fournissaient de la volaille à des entreprises nationales comme Tyson. À l'époque, Tyson défendait ses pratiques animales.

Le Daily Meal s'est également entretenu avec un inspecteur vétérinaire tiers, le Dr Sherrill Davison de l'Université de Pennsylvanie, qui a confirmé qu'elle avait visité la ferme quelques jours après la diffusion de la vidéo et n'avait trouvé aucune raison de s'alarmer.

"En regardant les installations hier, les oiseaux étaient très actifs, leurs plumes étaient propres, l'environnement était sec et bien ventilé, et ils semblaient être en excellent état", a déclaré Davison au Daily Meal lors d'un entretien téléphonique. « Lorsque je suis appelé dans une ferme, généralement juste après l'explosion d'une de ces vidéos, j'y vais avec l'esprit ouvert. Je ferai savoir au propriétaire si quelque chose doit être corrigé. Mais dans ce cas, ils prennent vraiment bien soin des animaux.

Davison a également expliqué qu'il n'y avait aucun moyen de tromper ou de tromper les inspecteurs après la diffusion d'une vidéo préjudiciable.

« Si une personne ne gère pas correctement les oiseaux, elle ne peut pas le corriger dans les 24 heures ; Je le ferais si quelque chose n'allait pas », a-t-elle déclaré.

Jaindl Farms n'a pas répondu aux questions de savoir si elle intenterait une action en justice pour diffamation et calomnie contre le groupe d'activistes pour les animaux.


De plus en plus de victimes se manifestent alors que les allégations contre Church of the Harvest se multiplient

OKLAHOMA CITY (KFOR) – Une église d'Oklahoma City fait face à de graves allégations, notamment des abus physiques, mentaux et sexuels.

Les allégations sont exposées dans une lettre ouverte à l'Église de la récolte publiée en ligne.

"C'est ce qui s'est passé. C'est ce que nous avons vécu », a déclaré Elijah Travis, un ancien stagiaire et étudiant de l'église.

Travis dit qu'à 18 ans, les dirigeants de l'église l'ont contraint à des heures de travail interminables, au détriment de sa propre santé.

Lui et d'autres stagiaires disent que les demandes ont toutes été faites pour « renforcer leur foi ».

"Ils étaient un peu comme nous préparer à être les serviteurs qu'ils voulaient", a déclaré Travis.

« On nous a dit que c'était l'œuvre de Dieu. Nous faisons le travail de Dieu, nous devrions donc être reconnaissants », a déclaré Nikiera Everett, une autre ancienne stagiaire.

Une grande partie du travail aurait été effectuée dans des conditions déplorables.

« La seule façon dont je peux l'expliquer est comme un composé. C'étaient tous des murs de ciment. Il n'y avait pas de fenêtres, de moisissures poussant dans le mur, d'insectes, de mille-pattes, de serpents », a déclaré Travis.

« Tous les dortoirs étaient infestés de rats. Nous avons dû construire nos propres meubles », a déclaré Everett.

D'autres accusations sont physiques. Beaucoup disent avoir subi à la fois du harcèlement sexuel et des abus sexuels.

Une victime, dont la KFOR protège l'identité, dit qu'elle essaie de guérir depuis 15 ans.

"Je savais que je n'étais pas le seul depuis longtemps & j'ai abandonné l'espoir que quelque chose soit jamais fait."

Elle dit qu'elle avait 20 ans lorsqu'elle s'est présentée à la direction de l'église.

« Après ce qui m'est arrivé, je suis venu le voir et je l'ai supplié. Je suppliais, avec des larmes coulant sur mon visage, aidez-moi s'il vous plaît - j'étais tellement brisé mentalement et émotionnellement. Tout mon monde a été brisé », a-t-elle déclaré.

Beaucoup disent qu'ils se sentent trahis.

"J'ai passé beaucoup de nuits blanches - Il y a des gens qui essaient toujours de nous faire taire et essaient toujours de nous dire que nous mentons sur tout", a déclaré Travis.

Les victimes demandent maintenant à l'église de cesser toutes ses opérations. Ils veulent aussi des excuses publiques de la part des dirigeants de l'église.

La KFOR s'est rendue lundi à l'église de la Moisson pour obtenir des réponses, mais l'église était fermée. Nous avons aussi appelé le pasteur Grant Pankratz. Il a répondu, mais quand nous nous sommes identifiés, la ligne s'est arrêtée.

Le pasteur a répondu vaguement aux allégations dans un sermon en ligne dimanche. Il dit que des «professionnels de l'extérieur» enquêteront.

L'église a envoyé la déclaration suivante:

Comme vous l'avez appris, certaines personnes ont décidé de devenir verbalement agressives et d'exprimer diverses plaintes au sujet de l'église et de ses dirigeants.
Une grande partie de ce qui est posté sur ces forums est tout simplement faux, trompeur et haineux.
Aucune église ou organisation n'est parfaite et nous participons à de nombreuses réunions et dialoguons avec diverses parties pour écouter attentivement les préoccupations de Valid, pour examiner tous les aspects de notre ministère et de notre personnel et pour nous assurer que les politiques et procédures en place sont respectées.
Cependant, nous ne serons pas intimidés par des personnes qui choisissent de répandre de fausses rumeurs, de mensonges directs et de menacer à la fois verbalement et physiquement les membres de notre personnel et les personnes de notre église, ni n'entrerons en dialogue ou ne débattons avec elles.
Nous continuerons d'être une église qui prend soin de cette communauté, prend soin de notre famille d'église et fournit des conseils spirituels et de l'espoir aux gens pendant cette période nationale et mondiale de peur, d'incertitude et de troubles.

Laurent Swicegood

Nous avons également vérifié auprès d'Oklahoma City et de la police d'Edmond pour voir si des rapports avaient été déposés. Lundi après-midi, ils disent qu'aucun rapport n'a été fait, cependant, une victime nous dit qu'elle a fait un rapport avec un policier d'Edmond.


De plus en plus de victimes se manifestent alors que les allégations contre Church of the Harvest se multiplient

OKLAHOMA CITY (KFOR) – Une église d'Oklahoma City fait face à de graves allégations, notamment des abus physiques, mentaux et sexuels.

Les allégations sont exposées dans une lettre ouverte à l'Église de la récolte publiée en ligne.

"C'est ce qui s'est passé. C'est ce que nous avons vécu », a déclaré Elijah Travis, un ancien stagiaire et étudiant de l'église.

Travis dit qu'à 18 ans, les dirigeants de l'église l'ont forcé à travailler des heures interminables, au détriment de sa propre santé.

Lui et d'autres stagiaires disent que les demandes ont toutes été faites pour « renforcer leur foi ».

"Ils étaient un peu comme nous préparer à être les serviteurs qu'ils voulaient", a déclaré Travis.

« On nous a dit que c'était l'œuvre de Dieu. Nous faisons le travail de Dieu, nous devrions donc être reconnaissants », a déclaré Nikiera Everett, une autre ancienne stagiaire.

Une grande partie du travail aurait été effectuée dans des conditions déplorables.

« La seule façon dont je peux l'expliquer est comme un composé. C'étaient tous des murs de ciment. Il n'y avait pas de fenêtres, de moisissures poussant dans le mur, d'insectes, de mille-pattes, de serpents », a déclaré Travis.

« Tous les dortoirs étaient infestés de rats. Nous avons dû construire nos propres meubles », a déclaré Everett.

D'autres accusations sont physiques. Beaucoup disent avoir subi à la fois du harcèlement sexuel et des abus sexuels.

Une victime, dont la KFOR protège l'identité, dit qu'elle essaie de guérir depuis 15 ans.

"Je savais que je n'étais pas le seul depuis longtemps & j'ai abandonné l'espoir que quelque chose soit jamais fait."

Elle dit qu'elle avait 20 ans lorsqu'elle s'est présentée à la direction de l'église.

« Après ce qui m'est arrivé, je suis venu le voir et je l'ai supplié. Je suppliais, avec des larmes coulant sur mon visage, aidez-moi s'il vous plaît - j'étais tellement brisé mentalement et émotionnellement. Tout mon monde a été brisé », a-t-elle déclaré.

Beaucoup disent qu'ils se sentent trahis.

"J'ai passé beaucoup de nuits blanches - Il y a des gens qui essaient toujours de nous faire taire et essaient toujours de nous dire que nous mentons sur tout", a déclaré Travis.

Les victimes demandent maintenant à l'église de cesser toutes ses opérations. Ils veulent aussi des excuses publiques de la part des dirigeants de l'église.

La KFOR s'est rendue à l'église de la Moisson pour obtenir des réponses lundi, mais l'église était fermée. Nous avons également appelé le pasteur Grant Pankratz. Il a répondu, mais quand nous nous sommes identifiés, la ligne s'est arrêtée.

Le pasteur a répondu vaguement aux allégations dans un sermon en ligne dimanche. Il dit que des «professionnels de l'extérieur» enquêteront.

L'église a envoyé la déclaration suivante:

Comme vous l'avez appris, certaines personnes ont décidé de devenir verbalement agressives et d'exprimer diverses plaintes au sujet de l'église et de ses dirigeants.
Une grande partie de ce qui est posté sur ces forums est tout simplement faux, trompeur et haineux.
Aucune église ou organisation n'est parfaite et nous participons à de nombreuses réunions et dialoguons avec diverses parties pour écouter attentivement les préoccupations de Valid, pour examiner tous les aspects de notre ministère et de notre personnel et pour nous assurer que les politiques et procédures en place sont respectées.
Cependant, nous ne serons pas intimidés par des personnes qui choisissent de répandre de fausses rumeurs, de mensonges directs et de menacer à la fois verbalement et physiquement les membres de notre personnel et les membres de notre église, ni n'entrerons en dialogue ou ne débattons avec elles.
Nous continuerons d'être une église qui prend soin de cette communauté, prend soin de notre famille d'église et fournit des conseils spirituels et de l'espoir aux gens pendant cette période nationale et mondiale de peur, d'incertitude et de troubles.

Laurent Swicegood

Nous avons également vérifié auprès d'Oklahoma City et de la police d'Edmond pour voir si des rapports avaient été déposés. Lundi après-midi, ils disent qu'aucun rapport n'a été fait, cependant, une victime nous dit qu'elle a fait un rapport avec un policier d'Edmond.


De plus en plus de victimes se manifestent alors que les allégations contre Church of the Harvest se multiplient

OKLAHOMA CITY (KFOR) – Une église d'Oklahoma City fait face à de graves allégations, notamment des abus physiques, mentaux et sexuels.

Les allégations sont exposées dans une lettre ouverte à l'Église de la récolte publiée en ligne.

"C'est ce qui s'est passé. C'est ce que nous avons vécu », a déclaré Elijah Travis, un ancien stagiaire et étudiant de l'église.

Travis dit qu'à 18 ans, les dirigeants de l'église l'ont forcé à travailler des heures interminables, au détriment de sa propre santé.

Lui et d'autres stagiaires disent que les demandes ont toutes été faites pour « renforcer leur foi ».

"Ils étaient un peu comme nous préparer à être les serviteurs qu'ils voulaient", a déclaré Travis.

« On nous a dit que c'était l'œuvre de Dieu. Nous faisons le travail de Dieu, nous devrions donc être reconnaissants », a déclaré Nikiera Everett, une autre ancienne stagiaire.

Une grande partie du travail aurait été effectuée dans des conditions déplorables.

« La seule façon dont je peux l'expliquer est comme un composé. C'étaient tous des murs de ciment. Il n'y avait pas de fenêtres, de moisissures poussant dans le mur, d'insectes, de mille-pattes, de serpents », a déclaré Travis.

« Tous les dortoirs étaient infestés de rats. Nous avons dû construire nos propres meubles », a déclaré Everett.

D'autres accusations sont physiques. Beaucoup disent avoir subi à la fois du harcèlement sexuel et des abus sexuels.

Une victime, dont la KFOR protège l'identité, dit qu'elle essaie de guérir depuis 15 ans.

"Je savais que je n'étais pas le seul depuis longtemps & j'ai abandonné l'espoir que quelque chose soit jamais fait."

Elle dit qu'elle avait 20 ans lorsqu'elle s'est présentée à la direction de l'église.

« Après ce qui m'est arrivé, je suis venu le voir et je l'ai supplié. Je suppliais, avec des larmes coulant sur mon visage, aidez-moi s'il vous plaît - j'étais tellement brisé mentalement et émotionnellement. Tout mon monde a été brisé », a-t-elle déclaré.

Beaucoup disent qu'ils se sentent trahis.

"J'ai passé beaucoup de nuits blanches - Il y a des gens qui essaient toujours de nous faire taire et essaient toujours de nous dire que nous mentons sur tout", a déclaré Travis.

Les victimes demandent maintenant à l'église de cesser toutes ses opérations. Ils veulent aussi des excuses publiques de la part des dirigeants de l'église.

La KFOR s'est rendue à l'église de la Moisson pour obtenir des réponses lundi, mais l'église était fermée. Nous avons aussi appelé le pasteur Grant Pankratz. Il a répondu, mais quand nous nous sommes identifiés, la ligne s'est arrêtée.

Le pasteur a répondu vaguement aux allégations dans un sermon en ligne dimanche. Il dit que des «professionnels de l'extérieur» enquêteront.

L'église a envoyé la déclaration suivante:

Comme vous l'avez appris, certaines personnes ont décidé de devenir verbalement agressives et d'exprimer diverses plaintes au sujet de l'église et de ses dirigeants.
Une grande partie de ce qui est posté sur ces forums est tout simplement faux, trompeur et haineux.
Aucune église ou organisation n'est parfaite et nous participons à de nombreuses réunions et dialoguons avec diverses parties pour écouter attentivement les préoccupations de Valid, pour examiner tous les aspects de notre ministère et de notre personnel et pour nous assurer que les politiques et procédures en place sont respectées.
Cependant, nous ne serons pas intimidés par des personnes qui choisissent de répandre de fausses rumeurs, de mensonges directs et de menacer à la fois verbalement et physiquement les membres de notre personnel et les membres de notre église, ni n'entrerons en dialogue ou ne débattons avec elles.
Nous continuerons d'être une église qui prend soin de cette communauté, prend soin de notre famille d'église et fournit des conseils spirituels et de l'espoir aux gens pendant cette période nationale et mondiale de peur, d'incertitude et de troubles.

Laurent Swicegood

Nous avons également vérifié auprès d'Oklahoma City et de la police d'Edmond pour voir si des rapports avaient été déposés. Lundi après-midi, ils disent qu'aucun rapport n'a été fait, cependant, une victime nous dit qu'elle a fait un rapport avec un policier d'Edmond.


De plus en plus de victimes se manifestent alors que les allégations contre Church of the Harvest se multiplient

OKLAHOMA CITY (KFOR) – Une église d'Oklahoma City fait face à de graves allégations, notamment des abus physiques, mentaux et sexuels.

Les allégations sont exposées dans une lettre ouverte à l'Église de la récolte publiée en ligne.

"C'est ce qui s'est passé. C'est ce que nous avons vécu », a déclaré Elijah Travis, un ancien stagiaire et étudiant de l'église.

Travis dit qu'à 18 ans, les dirigeants de l'église l'ont contraint à des heures de travail interminables, au détriment de sa propre santé.

Lui et d'autres stagiaires disent que les demandes ont toutes été faites pour « renforcer leur foi ».

"Ils étaient un peu comme nous préparer à être les serviteurs qu'ils voulaient", a déclaré Travis.

« On nous a dit que c'était l'œuvre de Dieu. Nous faisons le travail de Dieu, nous devrions donc être reconnaissants », a déclaré Nikiera Everett, une autre ancienne stagiaire.

Une grande partie du travail aurait été effectuée dans des conditions déplorables.

« La seule façon dont je peux l'expliquer est comme un composé. C'étaient tous des murs de ciment. Il n'y avait pas de fenêtres, de moisissures poussant dans le mur, d'insectes, de mille-pattes, de serpents », a déclaré Travis.

« Tous les dortoirs étaient infestés de rats. Nous avons dû construire nos propres meubles », a déclaré Everett.

D'autres accusations sont physiques. Beaucoup disent avoir subi à la fois du harcèlement sexuel et des abus sexuels.

Une victime, dont la KFOR protège l'identité, dit qu'elle essaie de guérir depuis 15 ans.

"Je savais que je n'étais pas le seul depuis longtemps & j'ai abandonné l'espoir que quelque chose soit jamais fait."

Elle dit qu'elle avait 20 ans lorsqu'elle s'est présentée à la direction de l'église.

« Après ce qui m'est arrivé, je suis venu le voir et je l'ai supplié. Je suppliais, avec des larmes coulant sur mon visage, aidez-moi s'il vous plaît - j'étais tellement brisé mentalement et émotionnellement. Tout mon monde a été brisé », a-t-elle déclaré.

Beaucoup disent qu'ils se sentent trahis.

"J'ai passé beaucoup de nuits blanches - Il y a des gens qui essaient toujours de nous faire taire et essaient toujours de nous dire que nous mentons sur tout", a déclaré Travis.

Les victimes demandent maintenant à l'église de cesser toutes ses opérations. Ils veulent aussi des excuses publiques de la part des dirigeants de l'église.

La KFOR s'est rendue à l'église de la Moisson pour obtenir des réponses lundi, mais l'église était fermée. Nous avons aussi appelé le pasteur Grant Pankratz. Il a répondu, mais quand nous nous sommes identifiés, la ligne s'est arrêtée.

Le pasteur a répondu vaguement aux allégations dans un sermon en ligne dimanche. Il dit que des «professionnels de l'extérieur» enquêteront.

L'église a envoyé la déclaration suivante:

Comme vous l'avez appris, certaines personnes ont décidé de devenir verbalement agressives et d'exprimer diverses plaintes au sujet de l'église et de ses dirigeants.
Une grande partie de ce qui est posté sur ces forums est tout simplement faux, trompeur et haineux.
Aucune église ou organisation n'est parfaite et nous participons à de nombreuses réunions et dialoguons avec diverses parties pour écouter attentivement les préoccupations de Valid, pour examiner tous les aspects de notre ministère et de notre personnel et pour nous assurer que les politiques et procédures en place sont respectées.
Cependant, nous ne serons pas intimidés par des personnes qui choisissent de répandre de fausses rumeurs, de mensonges directs et de menacer à la fois verbalement et physiquement les membres de notre personnel et les personnes de notre église, ni n'entrerons en dialogue ou ne débattons avec elles.
Nous continuerons d'être une église qui prend soin de cette communauté, prend soin de notre famille d'église et fournit des conseils spirituels et de l'espoir aux gens pendant cette période nationale et mondiale de peur, d'incertitude et de troubles.

Laurent Swicegood

Nous avons également vérifié auprès d'Oklahoma City et de la police d'Edmond pour voir si des rapports avaient été déposés. Lundi après-midi, ils disent qu'aucun rapport n'a été fait, cependant, une victime nous dit qu'elle a fait un rapport avec un policier d'Edmond.


De plus en plus de victimes se manifestent alors que les allégations contre Church of the Harvest se multiplient

OKLAHOMA CITY (KFOR) – Une église d'Oklahoma City fait face à de graves allégations, notamment des abus physiques, mentaux et sexuels.

Les allégations sont exposées dans une lettre ouverte à l'Église de la récolte publiée en ligne.

"C'est ce qui s'est passé. C'est ce que nous avons vécu », a déclaré Elijah Travis, un ancien stagiaire et étudiant de l'église.

Travis dit qu'à 18 ans, les dirigeants de l'église l'ont forcé à travailler des heures interminables, au détriment de sa propre santé.

Lui et d'autres stagiaires disent que les demandes ont toutes été faites pour « renforcer leur foi ».

"Ils étaient un peu comme nous préparer à être les serviteurs qu'ils voulaient", a déclaré Travis.

« On nous a dit que c'était l'œuvre de Dieu. Nous faisons le travail de Dieu, nous devrions donc être reconnaissants », a déclaré Nikiera Everett, une autre ancienne stagiaire.

Une grande partie du travail aurait été effectuée dans des conditions déplorables.

« La seule façon dont je peux l'expliquer est comme un composé. C'étaient tous des murs de ciment. Il n'y avait pas de fenêtres, de moisissures poussant dans le mur, d'insectes, de mille-pattes, de serpents », a déclaré Travis.

« Tous les dortoirs étaient infestés de rats. Nous avons dû construire nos propres meubles », a déclaré Everett.

D'autres accusations sont physiques. Beaucoup disent avoir subi à la fois du harcèlement sexuel et des abus sexuels.

Une victime, dont la KFOR protège l'identité, dit qu'elle essaie de guérir depuis 15 ans.

"Je savais que je n'étais pas le seul depuis longtemps & j'ai abandonné l'espoir que quelque chose soit jamais fait."

Elle dit qu'elle avait 20 ans lorsqu'elle s'est présentée à la direction de l'église.

« Après ce qui m'est arrivé, je suis venu le voir et je l'ai supplié. Je suppliais, avec des larmes coulant sur mon visage, aidez-moi s'il vous plaît - j'étais tellement brisé mentalement et émotionnellement. Tout mon monde a été brisé », a-t-elle déclaré.

Beaucoup disent qu'ils se sentent trahis.

"J'ai passé beaucoup de nuits blanches - Il y a des gens qui essaient toujours de nous faire taire et essaient toujours de nous dire que nous mentons sur tout", a déclaré Travis.

Les victimes demandent maintenant à l'église de cesser toutes ses opérations. Ils veulent aussi des excuses publiques de la part des dirigeants de l'église.

La KFOR s'est rendue lundi à l'église de la Moisson pour obtenir des réponses, mais l'église était fermée. Nous avons aussi appelé le pasteur Grant Pankratz. Il a répondu, mais quand nous nous sommes identifiés, la ligne s'est arrêtée.

Le pasteur a répondu vaguement aux allégations dans un sermon en ligne dimanche. Il dit que des «professionnels de l'extérieur» enquêteront.

L'église a envoyé la déclaration suivante:

Comme vous l'avez appris, certaines personnes ont décidé de devenir verbalement agressives et d'exprimer diverses plaintes au sujet de l'église et de ses dirigeants.
Une grande partie de ce qui est posté sur ces forums est tout simplement faux, trompeur et haineux.
Aucune église ou organisation n'est parfaite et nous participons à de nombreuses réunions et dialoguons avec diverses parties pour écouter attentivement les préoccupations de Valid, pour examiner tous les aspects de notre ministère et de notre personnel et pour nous assurer que les politiques et procédures en place sont respectées.
Cependant, nous ne serons pas intimidés par des personnes qui choisissent de répandre de fausses rumeurs, de mensonges directs et de menacer à la fois verbalement et physiquement les membres de notre personnel et les membres de notre église, ni n'entrerons en dialogue ou ne débattons avec elles.
Nous continuerons d'être une église qui prend soin de cette communauté, prend soin de notre famille d'église et fournit des conseils spirituels et de l'espoir aux gens pendant cette période nationale et mondiale de peur, d'incertitude et de troubles.

Laurent Swicegood

Nous avons également vérifié auprès d'Oklahoma City et de la police d'Edmond pour voir si des rapports avaient été déposés. Lundi après-midi, ils disent qu'aucun rapport n'a été fait, cependant, une victime nous dit qu'elle a fait un rapport avec un policier d'Edmond.


De plus en plus de victimes se manifestent alors que les allégations contre Church of the Harvest se multiplient

OKLAHOMA CITY (KFOR) – Une église d'Oklahoma City fait face à de graves allégations, notamment des abus physiques, mentaux et sexuels.

Les allégations sont exposées dans une lettre ouverte à l'Église de la récolte publiée en ligne.

"C'est ce qui s'est passé. C'est ce que nous avons vécu », a déclaré Elijah Travis, un ancien stagiaire et étudiant de l'église.

Travis dit qu'à 18 ans, les dirigeants de l'église l'ont contraint à des heures de travail interminables, au détriment de sa propre santé.

Lui et d'autres stagiaires disent que les demandes ont toutes été faites pour « renforcer leur foi ».

"Ils étaient un peu comme nous préparer à être les serviteurs qu'ils voulaient", a déclaré Travis.

« On nous a dit que c'était l'œuvre de Dieu. Nous faisons le travail de Dieu, nous devrions donc être reconnaissants », a déclaré Nikiera Everett, une autre ancienne stagiaire.

Une grande partie du travail aurait été effectuée dans des conditions déplorables.

« La seule façon dont je peux l'expliquer est comme un composé. C'étaient tous des murs de ciment. Il n'y avait pas de fenêtres et de moisissures poussant dans le mur. Insectes, mille-pattes, serpents », a déclaré Travis.

« Tous les dortoirs étaient infestés de rats. Nous avons dû construire nos propres meubles », a déclaré Everett.

D'autres accusations sont physiques. Beaucoup disent avoir subi à la fois du harcèlement sexuel et des abus sexuels.

Une victime, dont la KFOR protège l'identité, dit qu'elle essaie de guérir depuis 15 ans.

"Je savais que je n'étais pas le seul depuis longtemps & j'ai abandonné l'espoir que quelque chose soit jamais fait."

Elle dit qu'elle avait 20 ans lorsqu'elle s'est présentée à la direction de l'église.

« Après ce qui m'est arrivé, je suis venu le voir et je l'ai supplié. Je suppliais, avec des larmes coulant sur mon visage, aidez-moi s'il vous plaît - j'étais tellement brisé mentalement et émotionnellement. Tout mon monde a été brisé », a-t-elle déclaré.

Beaucoup disent qu'ils se sentent trahis.

"J'ai passé beaucoup de nuits blanches - Il y a des gens qui essaient toujours de nous faire taire et essaient toujours de nous dire que nous mentons sur tout", a déclaré Travis.

Les victimes demandent maintenant à l'église de cesser toutes ses opérations. Ils veulent aussi des excuses publiques de la part des dirigeants de l'église.

La KFOR s'est rendue lundi à l'église de la Moisson pour obtenir des réponses, mais l'église était fermée. Nous avons également appelé le pasteur Grant Pankratz. Il a répondu, mais quand nous nous sommes identifiés, la ligne s'est arrêtée.

Le pasteur a répondu vaguement aux allégations dans un sermon en ligne dimanche. Il dit que des «professionnels de l'extérieur» enquêteront.

L'église a envoyé la déclaration suivante:

Comme vous l'avez appris, certaines personnes ont décidé de devenir verbalement agressives et d'exprimer diverses plaintes au sujet de l'église et de ses dirigeants.
Une grande partie de ce qui est posté sur ces forums est tout simplement faux, trompeur et haineux.
Aucune église ou organisation n'est parfaite et nous participons à de nombreuses réunions et dialoguons avec diverses parties pour écouter attentivement les préoccupations de Valid, pour examiner tous les aspects de notre ministère et de notre personnel et pour nous assurer que les politiques et procédures en place sont respectées.
Cependant, nous ne serons pas intimidés par des personnes qui choisissent de répandre de fausses rumeurs, de mensonges directs et de menacer à la fois verbalement et physiquement les membres de notre personnel et les personnes de notre église, ni n'entrerons en dialogue ou ne débattons avec elles.
Nous continuerons d'être une église qui prend soin de cette communauté, prend soin de notre famille d'église et fournit des conseils spirituels et de l'espoir aux gens pendant cette période nationale et mondiale de peur, d'incertitude et de troubles.

Laurent Swicegood

Nous avons également vérifié auprès d'Oklahoma City et de la police d'Edmond pour voir si des rapports avaient été déposés. Lundi après-midi, ils disent qu'aucun rapport n'a été fait, cependant, une victime nous dit qu'elle a fait un rapport avec un policier d'Edmond.


De plus en plus de victimes se manifestent alors que les allégations contre Church of the Harvest se multiplient

OKLAHOMA CITY (KFOR) – Une église d'Oklahoma City fait face à de graves allégations, notamment des abus physiques, mentaux et sexuels.

Les allégations sont exposées dans une lettre ouverte à l'Église de la récolte publiée en ligne.

"C'est ce qui s'est passé. C'est ce que nous avons vécu », a déclaré Elijah Travis, un ancien stagiaire et étudiant de l'église.

Travis dit qu'à 18 ans, les dirigeants de l'église l'ont forcé à travailler des heures interminables, au détriment de sa propre santé.

Lui et d'autres stagiaires disent que les demandes ont toutes été faites pour « renforcer leur foi ».

"Ils étaient un peu comme nous préparer à être les serviteurs qu'ils voulaient", a déclaré Travis.

« On nous a dit que c'était l'œuvre de Dieu. Nous faisons le travail de Dieu, nous devrions donc être reconnaissants », a déclaré Nikiera Everett, une autre ancienne stagiaire.

Une grande partie du travail aurait été effectuée dans des conditions déplorables.

« La seule façon dont je peux l'expliquer est comme un composé. C'étaient tous des murs de ciment. Il n'y avait pas de fenêtres, de moisissures poussant dans le mur, d'insectes, de mille-pattes, de serpents », a déclaré Travis.

« Tous les dortoirs étaient infestés de rats. Nous avons dû construire nos propres meubles », a déclaré Everett.

D'autres accusations sont physiques. Beaucoup disent avoir subi à la fois du harcèlement sexuel et des abus sexuels.

Une victime, dont la KFOR protège l'identité, dit qu'elle essaie de guérir depuis 15 ans.

"Je savais que je n'étais pas le seul depuis longtemps & j'ai abandonné l'espoir que quelque chose soit jamais fait."

Elle dit qu'elle avait 20 ans lorsqu'elle s'est présentée à la direction de l'église.

« Après ce qui m'est arrivé, je suis venu le voir et je l'ai supplié. Je suppliais, avec des larmes coulant sur mon visage, aidez-moi s'il vous plaît - j'étais tellement brisé mentalement et émotionnellement. Tout mon monde a été brisé », a-t-elle déclaré.

Beaucoup disent qu'ils se sentent trahis.

"J'ai passé beaucoup de nuits blanches - Il y a des gens qui essaient toujours de nous faire taire et essaient toujours de nous dire que nous mentons sur tout", a déclaré Travis.

Les victimes demandent maintenant à l'église de cesser toutes ses opérations. Ils veulent aussi des excuses publiques de la part des dirigeants de l'église.

La KFOR s'est rendue à l'église de la Moisson pour obtenir des réponses lundi, mais l'église était fermée. Nous avons aussi appelé le pasteur Grant Pankratz. Il a répondu, mais quand nous nous sommes identifiés, la ligne s'est arrêtée.

Le pasteur a répondu vaguement aux allégations dans un sermon en ligne dimanche. Il dit que des «professionnels de l'extérieur» enquêteront.

L'église a envoyé la déclaration suivante:

Comme vous l'avez appris, certaines personnes ont décidé de devenir verbalement agressives et d'exprimer diverses plaintes au sujet de l'église et de ses dirigeants.
Une grande partie de ce qui est posté sur ces forums est tout simplement faux, trompeur et haineux.
Aucune église ou organisation n'est parfaite et nous participons à de nombreuses réunions et dialoguons avec diverses parties pour écouter attentivement les préoccupations de Valid, pour examiner tous les aspects de notre ministère et de notre personnel et pour nous assurer que les politiques et procédures en place sont respectées.
Cependant, nous ne serons pas intimidés par des personnes qui choisissent de répandre de fausses rumeurs, de mensonges directs et de menacer à la fois verbalement et physiquement les membres de notre personnel et les personnes de notre église, ni n'entrerons en dialogue ou ne débattons avec elles.
Nous continuerons d'être une église qui prend soin de cette communauté, prend soin de notre famille d'église et fournit des conseils spirituels et de l'espoir aux gens pendant cette période nationale et mondiale de peur, d'incertitude et de troubles.

Laurent Swicegood

Nous avons également vérifié auprès d'Oklahoma City et de la police d'Edmond pour voir si des rapports avaient été déposés. Lundi après-midi, ils disent qu'aucun rapport n'a été fait, cependant, une victime nous dit qu'elle a fait un rapport avec un policier d'Edmond.


De plus en plus de victimes se manifestent alors que les allégations contre Church of the Harvest se multiplient

OKLAHOMA CITY (KFOR) – An Oklahoma City church is facing harsh allegations, including physical, mental and sexual abuse.

The allegations are being laid out in an open letter to the Church of the Harvest posted online.

“This is what happened. This is what we’ve gone through,” said Elijah Travis, a former church intern and student.

Travis says at 18 years old, church leaders forced him into endless hours of work, at the expense of his own health.

He and other interns say the demands were all made to “strengthen their faith.”

“They were kind of like grooming us to be the servants that they wanted,” said Travis.

“We were told it was the work of God. We’re doing God’s work so we should be grateful,” said Nikiera Everett, another former intern.

Much of the work was allegedly done in deplorable conditions.

“The only way I can explain it is like a compound. They were all cement walls. There were no windows…Mold growing in the wall…Bugs, centipedes, snakes,” said Travis.

“All of the dorms were rat infested. We had to build our own furniture,” said Everett.

Other accusations are physical. Many say they’ve experienced both sexual harassment and abuse.

One victim, whose identity KFOR is protecting, says she’s been trying to heal for 15 years.

“I’ve known I wasn’t the only one for a long time…I gave up hope that anything would ever be done.”

She says she was 20 years old when she came forward to church leadership.

“After what happened to me, I came to him and I begged him. I was begging, with tears streaming down my face, please help me…I was so mentally and emotionally broken. My whole world was shattered,” she said.

Many say they feel betrayed.

“I’ve spent a lot of sleepless nights…There are people who are still trying to silence us and still trying to tell us we’re lying about everything,” said Travis.

Victims are now calling for the church to cease all operations. They also want a public apology from leaders of the church.

KFOR visited Church of the Harvest for answers Monday, but the church was closed. We also called Pastor Grant Pankratz. He answered, but when we identified ourselves, the line went dead.

The pastor responding to allegations vaguely in an online sermon Sunday. He says “outside professionals” will investigate.

The church has sent the following statement:

As you have been made aware, there are some individuals who have decided to become verbally aggressive and voice various complaints about the church and its leadership.
So much of what is posted on those forums is simply false, misleading and hateful.
No church or organization is perfect and we are in numerous meetings and having dialogue with various parties to carefully listen to Valid concerns, to review every aspects of our ministry & staff and to insure policies and procedures that are in place are being followed.
However, we will not be intimidated by, nor enter into dialogue with, or debate people who choose to spread false rumors, direct lies and both verbally and physically threaten members on our staff and people at our church.
We will continue to be a church who cares for this community, cares for our church family and provides spiritual guidance and hope to people during this national & global time of fear, uncertainty and unrest.

Lawrence Swicegood

We also checked with Oklahoma City and Edmond Police to see if any reports have been filed. As of Monday afternoon, they say no reports have been made, however, one victim tells us she did make a report with an Edmond police officer.


More victims come forward as allegations against Church of the Harvest grow

OKLAHOMA CITY (KFOR) – An Oklahoma City church is facing harsh allegations, including physical, mental and sexual abuse.

The allegations are being laid out in an open letter to the Church of the Harvest posted online.

“This is what happened. This is what we’ve gone through,” said Elijah Travis, a former church intern and student.

Travis says at 18 years old, church leaders forced him into endless hours of work, at the expense of his own health.

He and other interns say the demands were all made to “strengthen their faith.”

“They were kind of like grooming us to be the servants that they wanted,” said Travis.

“We were told it was the work of God. We’re doing God’s work so we should be grateful,” said Nikiera Everett, another former intern.

Much of the work was allegedly done in deplorable conditions.

“The only way I can explain it is like a compound. They were all cement walls. There were no windows…Mold growing in the wall…Bugs, centipedes, snakes,” said Travis.

“All of the dorms were rat infested. We had to build our own furniture,” said Everett.

Other accusations are physical. Many say they’ve experienced both sexual harassment and abuse.

One victim, whose identity KFOR is protecting, says she’s been trying to heal for 15 years.

“I’ve known I wasn’t the only one for a long time…I gave up hope that anything would ever be done.”

She says she was 20 years old when she came forward to church leadership.

“After what happened to me, I came to him and I begged him. I was begging, with tears streaming down my face, please help me…I was so mentally and emotionally broken. My whole world was shattered,” she said.

Many say they feel betrayed.

“I’ve spent a lot of sleepless nights…There are people who are still trying to silence us and still trying to tell us we’re lying about everything,” said Travis.

Victims are now calling for the church to cease all operations. They also want a public apology from leaders of the church.

KFOR visited Church of the Harvest for answers Monday, but the church was closed. We also called Pastor Grant Pankratz. He answered, but when we identified ourselves, the line went dead.

The pastor responding to allegations vaguely in an online sermon Sunday. He says “outside professionals” will investigate.

The church has sent the following statement:

As you have been made aware, there are some individuals who have decided to become verbally aggressive and voice various complaints about the church and its leadership.
So much of what is posted on those forums is simply false, misleading and hateful.
No church or organization is perfect and we are in numerous meetings and having dialogue with various parties to carefully listen to Valid concerns, to review every aspects of our ministry & staff and to insure policies and procedures that are in place are being followed.
However, we will not be intimidated by, nor enter into dialogue with, or debate people who choose to spread false rumors, direct lies and both verbally and physically threaten members on our staff and people at our church.
We will continue to be a church who cares for this community, cares for our church family and provides spiritual guidance and hope to people during this national & global time of fear, uncertainty and unrest.

Lawrence Swicegood

We also checked with Oklahoma City and Edmond Police to see if any reports have been filed. As of Monday afternoon, they say no reports have been made, however, one victim tells us she did make a report with an Edmond police officer.


More victims come forward as allegations against Church of the Harvest grow

OKLAHOMA CITY (KFOR) – An Oklahoma City church is facing harsh allegations, including physical, mental and sexual abuse.

The allegations are being laid out in an open letter to the Church of the Harvest posted online.

“This is what happened. This is what we’ve gone through,” said Elijah Travis, a former church intern and student.

Travis says at 18 years old, church leaders forced him into endless hours of work, at the expense of his own health.

He and other interns say the demands were all made to “strengthen their faith.”

“They were kind of like grooming us to be the servants that they wanted,” said Travis.

“We were told it was the work of God. We’re doing God’s work so we should be grateful,” said Nikiera Everett, another former intern.

Much of the work was allegedly done in deplorable conditions.

“The only way I can explain it is like a compound. They were all cement walls. There were no windows…Mold growing in the wall…Bugs, centipedes, snakes,” said Travis.

“All of the dorms were rat infested. We had to build our own furniture,” said Everett.

Other accusations are physical. Many say they’ve experienced both sexual harassment and abuse.

One victim, whose identity KFOR is protecting, says she’s been trying to heal for 15 years.

“I’ve known I wasn’t the only one for a long time…I gave up hope that anything would ever be done.”

She says she was 20 years old when she came forward to church leadership.

“After what happened to me, I came to him and I begged him. I was begging, with tears streaming down my face, please help me…I was so mentally and emotionally broken. My whole world was shattered,” she said.

Many say they feel betrayed.

“I’ve spent a lot of sleepless nights…There are people who are still trying to silence us and still trying to tell us we’re lying about everything,” said Travis.

Victims are now calling for the church to cease all operations. They also want a public apology from leaders of the church.

KFOR visited Church of the Harvest for answers Monday, but the church was closed. We also called Pastor Grant Pankratz. He answered, but when we identified ourselves, the line went dead.

The pastor responding to allegations vaguely in an online sermon Sunday. He says “outside professionals” will investigate.

The church has sent the following statement:

As you have been made aware, there are some individuals who have decided to become verbally aggressive and voice various complaints about the church and its leadership.
So much of what is posted on those forums is simply false, misleading and hateful.
No church or organization is perfect and we are in numerous meetings and having dialogue with various parties to carefully listen to Valid concerns, to review every aspects of our ministry & staff and to insure policies and procedures that are in place are being followed.
However, we will not be intimidated by, nor enter into dialogue with, or debate people who choose to spread false rumors, direct lies and both verbally and physically threaten members on our staff and people at our church.
We will continue to be a church who cares for this community, cares for our church family and provides spiritual guidance and hope to people during this national & global time of fear, uncertainty and unrest.

Lawrence Swicegood

We also checked with Oklahoma City and Edmond Police to see if any reports have been filed. As of Monday afternoon, they say no reports have been made, however, one victim tells us she did make a report with an Edmond police officer.